Le génocide rwandais (partie 3)

 

L'appui militaire de la France à ceux qui ont perpétré le génocide 

            La France a contribué entre 1992 et 1994 à la formation militaire du commando de la garde présidentielle rwandaise ainsi que des corps d'élite qui ont en avril 1994 été les leaders du génocide. Les dirigeants français ont d'ailleurs reconnu cette implication dans la formation militaire rwandaise selon la Commission d'enquête citoyenne française3. Il reste que cette formation a été à destination d'un régime en pleine phase de préparation d'un génocide. 

            Plus accablantes encore sont les livraisons d'armes que la France a continuées d'effectuer vers le Rwanda pendant le génocide. Andrew Wallis4 rapporte, en citant les témoignages d'un observateur sénégalais de l'ONU et du Colonel belge Luc Marchal, que 2 jours après le début du génocide, 2 avions français se sont posés sur le tarmac de l'aéroport de Kigali pour livrer des armes. En outre, les nuits du 15 et 18 juin, 40 tonnes d'armes ont été livrées par des avions Air Zaïre au Congo Zaïre voisin où se trouvaient des bases françaises. Les armes furent ensuite transférée au Rwanda à destination du camp Hutu à travers la frontière terrestre. D'après la Commission d'enquête citoyenne, les payements de ces livraisons ont été effectués par la Banque Nationale de Paris et la Banque Nationale du Rwanda. Le consul français à Goma, Jean Claude Urbano, a justifié ces livraisons en alléguant que la France ne faisait qu'honorer des contrats déjà négociés auparavant avec le gouvernement rwandais. Il reste que l'ampleur de la tragédie au Rwanda aurait pu amener la France à avoir une attitude pour le moins plus modérée. Cela d'autant plus que les livraisons d'armes ont eu lieu en dépit de la résolution 918 du conseil de sécurité de l'ONU qui enjoignait à tout gouvernement d'empêcher la vente d'armes ou de tout matériel de guerre au Rwanda. Il semble que ces ventes d'armes aient été coordonnées par Jean Christophe Mitterrand, le fils du Président, qui dirigeait alors la Cellule Africaine de l'Elysée et qui a d'ailleurs par la suite été condamné dans une autre affaire pour trafic illicite d'armes. Cela en dit long sur la manière dont la France a joué sa partition dans le génocide rwandais. Qu'est-ce qui explique cependant que la France ait pu prêter la main à ce point à l'une des plus grandes atrocités du XXème siècle?

 Lire la suite...


3Commission d'enquête citoyenne sur l'implication de l'Etat Français dans le génocide au Rwanda, « Conclusions provisoires de la Commission d'enquête », 26 mars 2006.

4Andrew Wallis, Silent Accomplice, the Untold Story of France's Role in the Rwanda Genocide. London: I.B. Tauris, 2006.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×