L'Ethiopie ou un symbole des mouvances africaines

Nous voilà face au berceau de l'humanité! C'est surêment ce qui depuis la découverte de Lucy en 1974 caractérise le mieux l'Éthiopie dans l'opinion publique. Avant toute chose le but de cet article sera de vous présenter un pays qui de part son Histoire, sa diversité culturelle et aussi sa place dans le continent africain ne peut que nous interpeller et nous obliger a lui consacrer quelques lignes.

Une histoire singulière

 

Hormis le fait que l'Éthiopie soit considérée comme le berceau de l'humanité l'histoire de l'Éthiopie peut être caractérisée comme étant un contre courant perpétuel aux grandes dynamiques historiques que nous connaissons. Comment cela? Ce contre courant commence dès l'antiquité, car en effet alors que l'Égypte rayonne sur tout le bassin du Nil, les différents pharaons considèrent ce pays comme étant une terre sacrée,terre des Dieux car étant rattachée aux origines du peuple égyptien. Hormis le peuplement juif très ancien, l'Éthiopie est avec l'Arménie actuelle la plus ancienne région catholique du monde. Avec le temps l'Éthiopie ne perdit pas ce caractère de terre sacrée et même celui-ci sera amplifié par l'introduction de l'islam car d'après la légende, alors que les musulmans fuyait la Mecque, le négus Ashama ibn Abjar leurs offrit l'asile, faisant de l'Éthiopie la première terre d'accueil de l'islam. C'est ainsi que bien avant la mondialisation l'Abyssinie (ancien nom de l'Éthiopie) devint un pays a part entière dans le monde regroupant les trois religions monothéistes.

D'une manière générale, les périodes qui correspondent au Moyen Âge et à la Renaissance en Éthiopie ont été des périodes de lutte, notamment religieuse mais aussi de pouvoir remettant en cause après chaque conflit la construction d'une identité éthiopienne. Mais pour de nombreux historiens celle-ci se forgea à partir de la bataille d'Adoua gagnée contre les italiens et d'un homme-symbole, Menelik II. En effet cette bataille ayant eu lieu le 1er mars 1896 est d'un point de vue purement symbolique la plus grande défaite d'une puissance colonialiste contre un pays africain. De plus à la suite de celle-ci le traité d'Addis-Abeba (initié lui-même par Menelik II dix ans plus tôt) assura le statut de pays indépendant et souverain a l'Éthiopie, la seule nation non colonisée d'Afrique.
Néanmoins cette souveraineté ne fut que politique et très rapidement le pays dût se plier à l'ordre économique colonial.

C'est dans ces conditions qu'en 1930 arrive sur le trône éthiopien le dernier empereur, TAFARI MAKONNEN plus connu sous le nom de HAILE SELASSIE. Malgré toutes les controverses qui entoure son règne, il est le symbole de l'entrée de l'Éthiopie dans l'ère moderne. Dès 1931 il dote le pays d'une constitution et le modernise lui donnant aussi une projection internationale forte de part son action à la société des nations (SDN). Néanmoins après la parenthèse italienne durant la seconde guerre mondiale il ne su donner un second souffle à son règne celui-ci s'éteignant petit à petit jusqu'à 1974 laissant place a une dictature militaire.

Depuis cette date l'Éthiopie doit faire face à des problèmes structurels à répétition qui minent son économie, c'est-à-dire la faiblesse de son agriculture et de son industrie trop dépendante des aléas climatiques, mais aussi à une instabilité politique très forte s'exprimant à travers des guerres civiles successives, gangrenant le développement.

Une puissance africaine...

 

Mais peut-on qualifier l'Éthiopie de puissance africaine? Tout dépend des critères utilisés. En effet avec une population de 78 millions d'habitants c'est la troisième puissance démographique africaine derrière le Nigeria et l'Égypte. Mais la situation de cette population reste très précaire car elle figure parmi les dix populations les plus pauvres du monde. Celle-ci ayant de plus une espérance de vie de 49 ans et un taux de mortalité infantile important.

En effet le pays souffre d'un sous-développement important lié à des causes diverses. La première est celle qui reste la plus médiatisée son incapacité à surmonter les difficultés naturelles et climatiques. C'est ainsi que par cycles réguliers l'agriculture souffre de la sécheresse. Or 80% de la population est rurale et survit grâce aux ressources vivrières ce qui explique les crises de malnutrition lors des sécheresses. A cela s’ajoute la dépendance du pays pour la culture du café qui représente plus de 50% de ses exportations. Le deuxième problème évident est celui du territoire. A cause des forts dénivelés sa mise en valeur est extrêmement limitée comme l'atteste les seuls 700 km de voies ferrées, ainsi les relations villes-campagnes sont presque inexistantes. Enfin l'instabilité politique et la corruption empêche un développement uniforme et efficace du pays.

Pourtant l'Éthiopie reste du point de vue du symbole une place géopolitique forte caractérisée par sa capitale Addis-Abeba. Celle-ci est le siège de l'Union Africaine et de la Commission Économique pour l'Afrique de l'ONU. Ce qui la place au centre des processus de développement et de coopération inter-africaine. Ainsi elle reste un sommet politique qui, comme l'Afrique, tente de trouver sa place dans le vaste désordre de la mondialisation.

...Néanmoins c'est un pays d'une authenticité presque magique.

Pour de nombreux amateurs l'Éthiopie reste un pays physiquement magnifique. En effet comme de nombreux pays africains ses paysages variés et la beauté de ses montagnes amènent de nombreux touristes a risqué leurs vies (dans des zones de guerres) pour quelques minutes de bonheurs dans le rift ou dans le massif du Simien. Ces natures vierges qui comme toutes celles du continent africain reste un atout infini alors que par exemple dans le monde occidental l'environnement ne cesse d'être dégradé.

Ainsi comme un grande partie des pays africains l'Éthiopie est un pays qui doit faire face à de nombreuses difficultés structurelles comme son économie et ses problèmes politiques mais aussi conjoncturelles liés a des aléas naturelles. Néanmoins grâce au poids de son histoire particulièrement riche mais aussi à une population suffisamment nombreuse elle possède des atouts qui lui permettent de la faire pesée sur la scène international. Et comment ne pas finir sur une touche d'espoir, celle que nous propose a chaque réunion internationale d'athlétisme les fondeurs éthiopiens. Car ils sont justement la représentation d'une population millénaire qui se bat pour survivre et exister.

M.L.

 
Commentaires (3)

1. EBENGO HONORE ALFANI 07/01/2010

Je serais inconscient de ne pas reconnaitre un louable travail accompli par cet auteur en me donnant une idée sur l'Ethiopie.

2. Julien 13/01/2009

Article qui m'a permis de découvrir un pays dont je connaissais rien ou très peu: l'Ethiopie.
C'est pour cette raison d'ailleurs que je m'abstiendrais de tout commentaire sur les informations données.

3. Tidiane 04/01/2009

L'Ethipie sous un nouveau jour

J'ai beaucoup apprécié cet article qui donne à voir l'Ethiopie de l'Antiquité à nos jour à travers ses grands hommes et son multiculturalisme.

Les deux "Afriques" que j'évoquais dans mon commentaire sur L'exception démocratique sénégalaise sont ici bien visibles, et au sein d'un même pays.
Effectivemen, si l'Ethipie reste sous développée, les indicateurs révélant un redressement à venir pullulent!

La "touche d'espoir" finale tombe à point et conclue joliement un article très plaisant.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site